Sophrologie en EHPAD : mon expérimentation réussie

Si je vous dis que j’ai fait pratiquer de la sophrologie à deux femmes de 96 ans et qu’elles ont adoré… vous y croyez ?

Au printemps dernier, je suis intervenue auprès de deux résidentes de la maison de retraite de ma ville, Le Parc du Donjon. Mes doyennes ont 96 ans, et la Sophrologie, elles ont adoré !

En accord avec les psychomotriciennes qui les suivent, j’ai pu choisir les exercices adaptés à leurs besoins et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est du sur mesure.

Je vous raconte

La première résidente a une excellente mémoire, et une capacité à reconvoquer ses souvenirs absolument épatante. Avec elle, nous avons donc pratiqué la Sophrologie mnésique, pour remobiliser la mémoire. A partir de souvenirs précis de voyages réalisés 30 à 60 ans auparavant, nous avons ensemble remobilisé le positif et réactivé sa confiance en soi.

  La seconde résidente a quant à elle une excellente capacité de visualisation. Cette fois, nous partions de voyages que j’avais réalisés moi, et que je lui proposais de visualiser, par tous les sens. 

Le résultat est bluffant : dès la premières séance, son humeur était améliorée et son envie de découvrir réactivée !

Le résultat est bluffant 

Pour ces deux résidentes, nous avons également travaillé le souffle, élément moteur des séances de Sophrologie.

Les psychomotriciennes m’avaient dépeint des personnes en difficulté respiratoire, dont l’une asthmatique avec appareil nocturne.

Mais dès les premiers exercices : succès ! A l’aide d’un foulard en soie que j’ai placé à quelques cm de leur visage, j’ai exercé les deux résidentes à souffler pour repousser le voile. En fonction de l’énergie du jour, de leur envie et de la motivation, nous avons pu repousser ce foulard jusqu’à 80 cm après quelques séance.  

Les bénéfices sont immédiats

Cage thoracique développée

Humeur générale en hausse

Capacités mémorielles et imaginatives réactivées

Espoir retrouvé

Soulagement des douleurs thoraciques

Meilleure motricité

En réactivant du positif, ces femmes se sont fait du bien. Sans entretien des pratiques, elles sont forcément confrontée au déclin de leur corps et de leur moral. Mais chaque moment compte.

Bien d’autres exercices sont possibles en maison de retraite. J’ai hâte de continuer à partager la Sophrologie !

 

Vous connaissez une personne agée qui pourrait bénéficier de la Sophrologie ?

Laisser un commentaire